La révolution russe a cent ans ! Présentation / Débat – Vendredi 3 Novembre 20H

Featured

affiche en PDF

——-

Le mensuel anarchiste communiste Courant alternatif vient de sortir un numéro spécial de 44 pages consacré à la révolution russe de 1917, dont c’est le 100e anniversaire.

“Par le biais de textes souvent peu connus qu’ont écrits des protagonistes de cette révolution – comme Rosa Luxemburg, Alexandra Kollontai, Emma Goldman, Voline, Ida Mett, Anton Ciliga, Nestor Makhno, Victor Serge – ou d’études plus récentes – comme celles de Daniel Guérin, de Colo Bourdel sur les conseils ouvriers de 1905, ou de Yohan Dubigeon à partir des thèses d’Oskar Anweiler sur les soviets de 1905 à 1921 – et de quelques articles de membres de la revue, sont abordés différents épisodes de ce moment qui fit trembler toutes les bourgeoisies du monde.

Le fil conducteur de ces textes est la mise en lumière de ce qui constitue à nos yeux le plus intéressant de ces années entre 1905 et 1921, à savoir les formes d’auto-organisation qui en sont à l’origine. Conseils ouvriers, soviets sont bien loin des pratiques des partis, et surtout du Parti bolchevik, qui finit par participer à l’étouffement puis à la destruction de ces pratiques émancipatrices issues de la base de la société russe. Parler des soviets de cette période, c’est parler aussi – et peut-être même surtout – des pratiques à développer aujourd’hui au cœur des mouvements sociaux.”

 

Les Permanences de la Bibliothèque Bandura

Featured

Le local « Camarade », ouvert sur Toulouse depuis quelques mois, a pour projet de réinjecter un peu de luttes et de révolution pour faire tousser les turbines et nous offrir des vacances prolongées. Nous avons donc constitué une bibliothèque pour réfléchir à tout ce qui pourrait nous aider pour y parvenir.
Le fonds se met petit à petit en place  et de nombreux ouvrages sont déjà disponibles !
Dès à présent, il est possible, et durant toute l’année, de venir
consulter ou emprunter des livres tous les mercredis après-midi entre 15H et 18H. Il est possible d’y travailler, seul ou à plusieurs, sur des bouquins, des brochures, des journaux etc.
Nous travaillons actuellement à l’informatisation de l’ensemble des
documents afin de rendre la recherche et l’emprunt plus simples.

A la rentrée, des groupes de travail verront également le jour afin de faire vivre certaines de ces permanences. Il s’agira de discuter
collectivement de textes, ou d’autres documents, annoncés à l’avance sur le site, afin d’élaborer des approches collectives pour certaines
problématiques politiques, le tout dans une volonté d’auto-formation.
Nous annoncerons le calendrier très prochainement.


Avis aux archivistes !
Nous cherchons à augmenter quantitativement et qualitativement ce fonds donc si vous avez des doublons ou des “vieilleries” dans votre grenier, n’hésitez pas à venir en discuter !

Ce mercredi comme tous les autres, n’hésitez pas à passer!

Local “Camarade”, 54 boulevard Déodat de Sévérac, 31300 Toulouse

Quand les nationalismes se font vautours

Featured

Retour sur les luttes de classe en Yougoslavie à la veille de l’éclatement et pendant le conflit armé

Au local CAMARADE, quand on entend le mot « peuple », on se demande bien quel sale coup ils préparent contre le prolétariat. A l’heure où les propositions identitaires se font de plus en plus pressantes, dans le champ de la politique classique comme dans celui des « mouvements sociaux », il nous a semblé pertinent de revenir sur un conflit armé toujours dépeint à travers son caractère identitaire, ses blocs homogènes radicalement opposés, et ses tractations en haut lieu.
Y revenir pour creuser un peu. Et si la guerre d’Ex-Yougoslavie n’était pas le simple théâtre géopolitique d’une guerre fratricide ? Si cette guerre était la réponse capitaliste aux luttes de classe en Yougoslavie dans la décennie 80, c’est-à-dire leur défaite ?
Pour tester ces hypothèses, nous reviendrons collectivement sur l’activité des luttes de classe en Yougoslavie, de 1980 au début des années 90, avec l’aide d’un camarade qui nous présentera pour l’occasion un texte (1) écrit au moment du conflit armé, dont voici un extrait :
« Les divisions nationales expriment et s’appuient sur l’impasse de la situation. Les luttes sociales se heurtaient à une détermination sans faille puisque l’Etat yougoslave n’avait aucune marge de négociation. Au plan international, les résistances aux restructurations étaient vaincues et ne trouvaient aucun relais en mesure de modifier leurs rapports de forces. Ce mouvement ne portait aucune des revendications “démocratiques” qui lui auraient permis de trouver un relais politicien comme cela s’était passé en Pologne. Aucun discours politique, ni libéral, ni social-démocrate ne pouvait s’en nourrir. Sa capacité, réalisée, à mettre un Etat en faillite, qui lui aurait ouvert dans une période précédente le moyen de faire reculer cet Etat, n’intéressait plus personne. Expression vaincue de la capacité de l’affirmation ouvrière luttant pour sauvegarder ses conditions d’existence, il annonce les conditions d’une lutte à mort où il n’y a plus rien à revendiquer. Ce soulèvement a gagné par sa défaite le panache de n’avoir pas délégué sa rage et sa détermination à de quelconques représentants, du moins à aucune force politique en mesure de se réclamer de ses luttes. Raisons qui les ont fait disparaître de la mémoire ? L’exacerbation nationaliste est, comme moyen, l’expression concrète de cette défaite, permettant à l’ancien personnel politique de se maintenir au pouvoir, par un changement de discours, dans le fractionnement de l’ancien Etat et d’y achever la restructuration par la guerre. ».

Nous vous attendons donc le VENDREDI 16 JUIN à 20H au local “CAMARADE”, 54 boulevard Déodat de Séverac, 31 300 TOULOUSE.

Guerre à la guerre et vive la Révolution !

Bad Kids

 

(1) Pour celles et ceux qui souhaiteraient préparer en amont la discussion, nous avons mis en page le texte écrit à l’époque par le camarade qui viendra pour cette discussion, vous pouvez le télécharger en cliquant ICI ou passer récupérer un exemplaire imprimé lors des permanences du local.

Affiche

Pojection du film “Autonomia Obrera”

Featured

Un documentaire consacré aux luttes ouvrières menées en marge des syndicats et des partis politiques dans l’Espagne des années 70.

Un film de : Falconetti Peña et Orsini Zegri

Avec : Pepe Rovira, Clemente, Speedy Gonzalez, Marcelo, Attila, Paco, Jesse James, Jésus-Christ, Juan Carlos Bourbon d’Espagne, Chema, Peter Fonda, El Kabra, des éléphants, Toni, Marga, Santi, etc.

Langue : Espagnol, sous-titré français
traduction/adaptation : Pif & Hercule
Durée : 74 minutes

1975 / 1982 Territoire espagnol. Après 40 ans de dictature, voici le temps de la transition démocratique plus connue comme « transaction démocratique ».
Ils étaient ouvriers, dockers, dynamiteurs à Barcelone, Vitoria, Bilbao. Tous faisaient partie de ce mouvement diffus, sans porte-parole ni dirigeants autre que les assemblées d’usine ou de quartier. Tous rejetaient le patronat, les syndicats, le capitalisme. Certains étaient armés, d’autres pas mais tous défendaient l’autonomie ouvrière. En 1976, l’Espagne était en flamme et « Il fallait (les) écraser (…) car c’étaient des minis soviets » (Manuel Fraga, ministre de l’intérieur)

La démocratie s’en est donc chargée.
Mais l’histoire cavale encore…

————–

C’est gratuit et on pourra causer de cette histoire effacée de l’Espagne et de ce qu’elle a à nous offrir ici et maintenant.